top of page

Comment guérir un traumatisme ?



"Lorsque vous êtes traumatisé, vous avez peur de ce que vous ressentez, car votre sentiment est toujours la terreur, la peur ou l'impuissance. Les techniques basées sur le corps aident à ressentir ce qui se passe dans votre corps, à y respirer et à ne pas le fuir. Ainsi, vous apprenez à vous lier d'amitié avec votre expérience. Il s'agit de redevenir confiant de ressentir ce que l'on ressent"

Bessel Van Der Kolk

Le traumatisme est une perturbation du système nerveux autonome (comme expliqué dans le post "C'est quoi un trauma ?") qui est la cause des troubles post-traumatiques.


Le trouble le plus funeste est probablement aussi le moins spectaculaire. Le traumatisme installe de la distance avec le corps et les émotions. Il provoque de la dissociation, de la constriction, de la fermeture. Cela affecte les structures qui permettent la concentration, la conscience de ce que l'on ressent et la capacité d'agir pour se protéger.


Dans son livre "Le corps n'oublie rien", Bessel Van der Kolk explique : "Le traumatisme entrave le fonctionnement des zones du cerveau qui régulent et interprètent l'expérience. Pourtant, un solide sentiment du moi ⎯ celui qui permet d'affirmer d'un côté "voilà ce que j'éprouve et pense" et de l'autre "voilà ce qui m'arrive" ⎯ repose sur une interaction saine et dynamique entre ces zones... La plupart des études en neuro-imagerie sur les personnes traumatisées montrent une activation anormale de l'insula, la partie du cerveau qui interprète les informations des organes internes et donne la sensation d'être incarné... Être assailli par des sensations, tout en étant consciemment coupé de leur origine, rend incapable de discerner et de verbaliser ses émotions". Le professeur en psychiatrie et spécialiste du stress post-traumatique conclu son paragraphe par : "Ce n'est qu'en reprenant contact avec son corps, en se liant viscéralement d'amitié avec son moi, que l'on peut retrouver la notion de son identité, de ses priorités et de ses valeurs... Pour le surmonter (le trauma), il faut se faire aider pour retrouver le contact avec son corps, avec son moi."


Par ailleurs, les découvertes récentes du professeur Stephen Porges, auteur de La Théorie Polyvagale, soutiennent cette approche et éclairent le système nerveux autonome dans son importance fondamentale dans la relation à soi, aux autres et les comportements sociaux.


Une méthode thérapeutique aux fondements biophysique.


Une méthode thérapeutique efficace approcherait donc les problématiques post-traumatiques du point de vue neurophysiologique dans un cadre ou la relation à soi, aux autres, au monde, sont partie prenante du processus de guérison.


Dans cette intention, la Somatic Experiencing® tire profit de notions liées au système nerveux comme l'orientation défensive, la proprioception, la (dé)régulation, la titration, la pendulation, la décharge, l'achèvement de la réponse motrice ou émotionnelle...

Des notions qui sont rarement rencontrées dans les cabinets.


Quand, dans une approche globale de l'humain et son environnement, des fondemments biophysiques sont pris en compte, cela favorise un cheminement, une évolution du corps vers davantage de tolérance aux ressentis, aux émotions, à l'expérience interne. Cela ouvre un espace, une de prise de conscience, une reconnaissance, une acceptation de l'expérience. Une fois cet espace (ré)ouvert, cela rend au patient son potentiel décisionnel.


En un mot, une thérapie du traumatisme consiste à reconnecter le corps à "la capacité d'agir", c'est à dire à la puissance et au choix.


Une reconnexion qui change la donne au quotidien et surtout lorsque le patient est confronté à des situations qui auparavant le submergeaient.


Une reconnexion qui dans le même temps favorise l'implication du patient dans le processus de sa propre guérison.


Par ailleurs, des exercices ou des pratiques régulières pour favoriser le tonus du nerf vague ventral peuvent soutenir la thérapie. Mais ça, les bienfaits du mouvement, du jeu, de l'interraction sociale, du rythme, du souffle, du chant...ce sera (peut-être) le sujet d'un autre post.


Sylvain





59 vues

Comments


bottom of page